Lambeaux de mémoire Shreds of memory

Premier souffle First breath

Préface Foreword

Ce lambeau est assez gros et continu. Le problème vient de lambeaux attachés et dont je n'ai pas de contre référence. Je vais les écrire mais le niveau de doute est exprimé par le contraste inférieur du texte.

Voici donc un événement de base que tous ont vécu, sauf exception. Je le relate de la manière la plus réaliste possible. Evidemment, je ne connaissait aucun mot, alors mes pensées n'étaient pas sous cette forme. Il s'agit d'une interprétation que je crois la plus juste. Les mots entendus n'étaient pas compréhensible non plus. Mais encore, ceux retenus semblent avoir été assez marquants pour être lisibles sur ce lambeau...

to come.

Lambeau 1 Shred 1

... des bruits bizarres, des voix, le coeur qui bat. Quelque chose se prépare. La longue attente. C'est la fin? Soudain, on se sent écrasé, la membrane du haut pousse et... hop! Le vide entre, froid. Je tremble. Le bout est lumineux. C'est la sortie! C'est çà la sortie? C'est pas croyable. Non, je ne veux pas. Le liquide chaud s'en va, remplacé par ce vide glacial. Ce n'est pas plaisant. Et puis, ce trou est une blague! J'attends, il y a peut-être mieux à venir. Je m'approche du trou pour voir. J'y met la main je crois. C'est mou, mais ca ne passera pas. C'est impossible. J'attends et cherche une meilleure idée. J'entends, les sons sont différents hors du liquide. Les sons sont plus précis. Les voix pratiquement méconnaissables. Je sens la corde, elle est mal placée. Je n'arrive presque plus à bouger, c'est très difficile et fatiguant. Quoi faire? Ouf, il commence à faire chaud maintenant et c'est de plus en plus serré ici. Je perd conscience.

Je reviens à moi. La tête bien plaquée contre le trou. Il n'y a pas d'autre issue!? Le corps compressé, ca pousse. Ca commence à passer, mais oui ca passe, mais la tête et la face applatie. Ca passe, ca passe, ca bloque. Attends, il faut tourner la tête ici. Quelcun m'a touché la tête? On m'a touché la tête je crois. Bon, ca continue. Non, ca bloque encore. Je sens le froid du dehors. C'est bloqué. Et si je pousse avec l'autre extrémité? Ca avance un peu, ca bloque. La corde, je sens la corde. J'entends des cris stridents. Je perd conscience.

Je reviens à moi. Je sens le vide autour de ma tête. J'ouvre les yeux. Je vois des formes, j'entends les voix qui en sortent. J'en vois un plus clairement. Un géant qui me regarde. Mes épaules sont prises. Je bouge les pieds... que du vide. Je n'ai pas pied ferme. Je gigote pour me sortir les épaules et voilà le géant qui s'anime. Il semble vouloir aider. Il me soutient. Mes pieds touchent quelque chose, je pousse. Enfin sorti! Quel chemin tortueux!

On me prend. On me trimballe haut, bas. On me dépose. Je vois plusieurs formes géantes. Ils communiquent avec les voix. Ils se parlent et se répondent. Les voilà tous à me regarder intensément. Ils attendent quelque chose. Ils inspirent l'air, le vide? Ils expirent. Ils font les voix quand ils expirent. Comment font-ils? Je suis un petit du même genre, je le sais depuis longtemps. Est-ce que je peux faire la voix aussi? Ils sont là à attendre en me regardant encore. De plus en plus même. Je commence à sentir une faiblesse, comme tout à l'heure avant de perdre conscience. Je sens comme une force qui cherche à me faire inspirer. Je comprends! Ils attendent que je fasse ma voix. Bon, je vais faire une voix du tonnerre de Zeus! Je vais sûrement les impressionner avec cette voix. Je me retiens. C'est quand même gênant là. La force grandit, rapetisse, aggrandit encore plus. Je ne peux plus la retenir, attention... «ooouuuuuiiiinnnnnn». Aaaarrrh! C'est moi qui a fait ce bruit bizarre? Zut! Ben c'est pas sérieux! Les géants se remettent à bouger. Ils semblent satisfaits même avec ce bruit ridicule que j'ai fait. Bon alors, ca va, j'imagine. C'est fatiguant. Inspire. Expire. Très fatiguant. Les géants sont incroyables. Ils bougent, communiquent, inspirent, expirent. Ah, ils s'arrêtent un peu. Sans doute pour se reposer de bouger, d'inspirer et d'expirer. Je regarde pour voir si c'est ca.

Non, on ne dirait pas. Certains bougent sans s'arrêter. D'autres bougent peu. On m'a déposé, je ne vois plus mais j'entend. Un géant s'approche. Il fait sa voix vers un autre géant. Je le vois maintenant. Il me prend. Il me prend par l'autre bout. Il a un doigt entre mes pieds, les autres autour des pieds. Il me tient la tête en bas. Amusant! Mais! Mais! Il me secoue rudement, ca va pas? Je fais ma voix la plus forte possible. Je crie d'arrêter. Dépose-moi! Que des cris! Il fait une voix forte mais pas à moi. Non, à un autre géant. Il dit et redit: «On le tu tu?» Je ne comprends pas du tout mais j'enregistre: [on le tu tu?] J'entends une réponse: «Ben non c't'un bébé à c't'heure...» J'enregistre: [ben non c't'un bébé à c't'heure], ca peut toujours servir. Le géant me veut du mal ou pas? Il me tient solide mais j'ai peur. Il va m'échapper, mes pieds glissent un peu. Il m'amène rapidement vers un grand trou blanc. Oh, c'est blanc, aveuglant! Je vois des bandes sombres et c'est trop blanc vers le haut. Je n'arrête pas mes cris, je supplie, j'ordonne. Mais, aaaaaahhh! Il me sort par le trou et c'est haut! Et le bas est visiblement dur! Je vais m'écraser! Il me sort pour m'écraser! Ca na pas de sens! Je proteste, mais sans gigotter là. Me lâche pas, espèce de malade! Mais mais mais, que vois-je? Un autre géant est là, caché sous ce petit toit. Pour me prendre? Je ne crie plus, prend-moi, prend moi. Il s'avance, il comprend, il va me prendre. Non, le géant qui me tient l'a vu aussi. Il ne me lâche pas. Je vois mieux. Il y a une bande de matière blanche sur le rebord et sur le sol je crois. C'est pas clair. Le géant d'en bas semble contrarié. Il fait un bruit en reculant.

Le géant qui me tient semble amusé, triomphant peut être. Il me ramène à l'intérieur, il retourne au fond et me dépose. Ben dis donc, c'est sombre ici maintenant. Je crois que j'ai droit à une gorgée de quelque chose. Je ne sais plus. Je suis à plat. Toutes ces inspirations et ces expirations, et mes protestations. Je fatigue, mais vont-ils me faire du mal? Les autres géants me pomponnent. Il y a une bonne odeur, c'est calme, c'est doux. Je peux me détendre je crois. Je perds conscience.

Lambeau 2 Shred 2

Lambeau 2 est moins précis. Ou plutôt lambeaux 2, similaires et superposés. Ma mère (adoptive?) me pose des questions sur ma naissance avec et sans témoins. Mère est plaisamment étonnée. Un oncle est choqué par les détails. Il y était! Je parle à peine, très jeune. On compare notes. J'apprend que ma mère criait au moment où j'ai perdu conscience parcequ'elle savait que le manque d'oxygène durant la naissance causait dommages au cerveau (un problème bien connu maintenant). J'étais bleu. Le cordon était pris autour de mon cou je crois et avait un noeud. Le docteur l'a replacé, d'où mon réveil peu après et les regards inquiets.

Lambeau 3 Shred 3

Lambeau 3 est plus bizarre. Je suis à un état adulte avancé. Une femme me parle, au téléphone ou en rêve, de la présence d'autres bébés. J'ai en effet des souvenirs de ce genre mais qui semblent contredire les autres. On reprend. On est tassé, très collés. Il fait noir et on attend. La sortie s'ouvrira bien un jour. Ce jour est maintenant! Compagnon 1, le plus gros de nous, est tout contre cette sortie. Je suis content de ne pas être premier. Compagnon 2 me suit. Zut, il sort ou pas? On le pousse, il s'appuie sur moi. C'est long. Et puis paf! Parti! Et la suite sur lambeau 1, sauf un détail. Lorsque je reprend pied pour pousser, je poussait sur la tête de ma soeur. Pas de souvenirs d'autres bébés une fois sorti, par contre.

Epilogue Afterword

Lambeaux 1 et 2 me semblent très familiers. Le grand trou était une grande fenêtre, évidemment. Elle était déjà ouverte. La chambre se trouvait au deuxième étage avec un abri d'entrée tout près, où se trouvait le mec inconnu. Il était mince. Il faisait froid mais c'était tolérable. Les matières blanches pourraient être de la neige, ou des réflexions pâles. L'endroit en question ressemble beaucoup à un endroit où j'ai habité il y a quelques années. Cet endroit a fait révéler d'autres lambeaux qui m'ont hanté pendant cette période. Des lambeaux encore plus incroyables qui font partie d'autres récits.

Premiers jets en 2011 © Serge Lamarche

Codes © Serge Web Service